L'Union européenne prend le relais

Publié le par kosovo

Le ministre serbe du Kosovo et Metohija, Slobodan Samardjic a dénoncé le 8 février une possible déclaration d’indépendance des Albanais du Kosovo qui ne serait pas coordonnée avec les Etats-Unis et l’Union européenne. Il avance la date du 18 février.

 

En fait, entre le 6 et le 18 février, selon l’AFP, le Conseil de l’Union européenne devrait prendre acte de la mission de 1.800 policiers et juristes qui coordonnera avec les responsables Albanais du Kosovo la proclamation d’indépendance. Le 18 février est aussi la date de la réunion des ministres européens des Affaires étrangères.

 

Le déploiement d’une mission européenne fait partie des propositions du plan de l’envoyé spécial de l’ONU, Martti Ahtisaari. Cependant, il prévoyait la signature d’un Pacte entre les représentants du Kosovo et le représentant de l’UE afin, notamment, de garantir le caractère multiethnique de la province, mais aussi de consacrer le principe d'une société démocratique, respectant les droits et libertés fondamentales internationalement reconnus.

 

Ainsi, un Haut Représentant Européen viendra succéder au Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies. Le Kosovo sera par conséquent sous le contrôle de l’Union européenne. Une des tâches du Bureau Civil International sera de surveiller cette indépendance pendant une période indéterminée en se concentrant sur la justice, la lutte contre la criminalité, et la corruption au sein des institutions.

 

L'équipe de préparation de cette mission de l'Union a été créée le 15 septembre 2006. Plusieurs fois renouvelé, en raison de l’échec des négociations sur le futur statut de la province, son mandat vient d’être prolongé jusqu'au 31 mars 2008 au plus tard. Le déploiement de la mission devrait s’étaler sur quatre mois. La durée du premier mandat sera de deux ans et reconductible.

 

Dans un entretien accordé à Balkan Insight, Alessio Zuccarini, le chef de la mission, déclare : "qu’il n’y aura pas de différent entre l’UE et l’Organisation des Nations Unies. Le Secrétaire général est prêt à donner son feu vert à EULEX. " C’est l’acronyme de la mission. Il précise que  sur le terrain, on retrouvera principalement les ressortissants des grands pays européens. " EULEX ne sera pas comme l’ UNMIK. L’UE veillera à la qualité non à la quantité. " affirme-t-il.

 

" La future mission internationale au Kosovo conduite par l’Union européenne, si elle veut réussir, doit soumettre son bilan en matière de droits humains à une observation et à une responsabilité bien plus grandes que la mission des Nations Unies qui l’a précédée " a fait remarquer Human Rights Watch dans un document d’information publié le 14 juin 2007.

 

En fait, ce qui est présent dans tous les esprits, ce sont les événements de mars 2004 où sous le regard de la Kfor et de l’UNMIK, il y eut 954 serbes blessés, 4.100 déplacées, 550 maisons détruites, 27 églises et monastères incendiés. La Serbie a suspendu la signature de l’ " accord politique intérimaire sur la coopération " avec l'UE.

Snejana Jovanovic

Commenter cet article