Les étudiants manifestent à Pristina

Publié le par kosovo

images-copie-4.jpgQuelques centaines d’étudiants Albanais, venus de Macédoine, d’Albanie, et du Kosovo, membres de l’Union des étudiants Albanais, du parlement des étudiants et du mouvement autodétermination ont manifesté pacifiquement le 10 octobre dans les rues de Pristina en faveur « de l’indépendance du Kosovo et de l’intégrité territoriale ».

Cette manifestation a eu lieu exactement 10 ans et 10 jours après la grande manifestation estudiantine contre le régime Serbe de Slobodan Milosevic. Selon la revue de presse de la MINUK du 11/10/07 : « les manifestants ont scandé que l’indépendance du Kosovo est le plus grand et le plus douloureux compromis que les Albanais ont fait dans les Balkans, les organisateurs ont déclaré que la résolution du statut du Kosovo est une phase provisoire jusqu’à l’unification nationale. »

Koha Ditore, quotidien albanophone, «  rapporte que les étudiants ont au même moment lancé l’avertissement qu’ils pourraient manifester de manière plus radical le 10 décembre prochain, date à laquelle la troïka doit remettre son rapport au secrétaire générale des Nations Unies, M. Ban Ki-Moon. Les étudiants ont annoncé qu’ils enverraient un mémorandum aux Nations Unies, aux Etats-Unis, à L’Union Européenne et au Groupe de contact pour leur demander de garantir l’indépendance et l’intégrité territoriale du pays. »

Au même moment à Londres, au cours d'une conférence de presse au Foreign office après un entretien avec le ministre des Affaires étrangères David Miliband, le Premier ministre kosovar Agim Ceku déclare qu’ : «Il doit y avoir un Kosovo indépendant avant le 10 décembre » et il précise qu’ »Il s'agit de quelques jours, pas de semaines, ni de mois après cette échéance »
Agim Ceku a indiqué à la presse que sa délégation, qui inclut le président kosovar Fatmir Sejdiu, avait reçu confirmation du "soutien sans réserve" de Londres à Pristina.

Le quotidien Serbe Blic apporte une nuance qui porte à croire qu’entre le ministre des Affaires étrangères britanniques et les représentants de la délégation albanaise s’installent un malentendu. Ainsi le chef de la diplomatie britannique a déclaré : « Nous devons régler la question du statut du Kosovo. Ce sera déterminant pour la stabilité dans l’Ouest des Balkans. Les deux parties doivent aborder les négociations dans un esprit de créativité, de courage et de compromis. Ils doivent faire un pas avec leur partenaire de la communauté internationale. Toutes les parties doivent se retenir de termes ou d’actions provocants. » Miliband a estimé que les deux parties doivent s’investir dans les négociations dans un esprit de compromis.

Aujourd’hui, Blic rend compte des déclarations du médiateur de l’Union Européenne qui dit : «  les annonces qui donnent l’impression que la solution des négociations est déjà conclu, ne nous aident pas » M. Ischinger a rejeté l’idée d’une reconduction du mandat de la troïka après le 10 décembre en soulignant que «  toute prolongation ne fait qu’accroître les risques d’instabilité et accélère l’érosion de l’autorité internationale en présence au Kosovo ». Selon le diplomate allemand, le prochain round de négociations à Bruxelles, le 14, révèlera si « les parties s’engagent à négocier sérieusement sur les questions du statut. »

 Snejana Jovanovic

Commenter cet article