L'impasse...toujours ?

Publié le par kosovo

Map-Of-New-York-City.jpgJusqu’au dernier moment, l’ordre du jour a été la grande inconnue de la première confrontation en direct de la délégation albanaise du Kosovo et Serbe pour la détermination du statut futur de la province administrée par les Nations Unies depuis 1999. La réunion interdite au public a durée près de deux heures au 21ème étage du bâtiment des Nations Unies dans l’Est de Manhattan.

La rencontre s’est déroulée « dans une atmosphère coopérative » selon la troïka qui, par la suite, a consulté séparément chacune des délégations. Toujours optimistes, les trois médiateurs russe-américain-européen ont fixé une nouvelle date de pourparlers ; le 14 Octobre à Bruxelles.

Belgrade a soumis « sa vision d’une autonomie substantielle » tandis que la délégation albanaise a proposé « l’amitié et la collaboration entre deux Etats indépendants » a déclaré le Groupe de contact.

Fatmir Sejdiu, président du Kosovo a déclaré à la presse : « avoir proposé un traité d’amitié entre deux pays à l’instar de deux nations souveraines et indépendantes » selon BBC.com.

Le président Serbe, Boris Tadic : « a invité les Albanais du Kosovo à construire avec les Serbes un avenir commun afin que les gens aient une vie normale qui garantira la prospérité à toute la région. » selon le quotidien serbe Politika.

« Ils souhaitent que le processus se poursuivent…C’est un bon signe » a déclaré aux journalistes le médiateur européen, Wolfgang Ischinger.

Dans ce qui s’appelle désormais « la Déclaration de New York », les ministres du Groupe de contact ( Etats-Unis, Russie, Allemagne, Royaume Uni, France, Italie) se sont engagés à chercher un compromis qui sera adopté par le Conseil de Sécurité des Nations Unies. Cette déclaration engage les deux parties à s’investir entièrement afin de trouver une solution pour sortir du « statu quo intenable » sur la base de la résolution 1244 « avec créativité, audace, et dans un esprit de compromis ».

Snejana Jovanovic

Commenter cet article