L'avenir du Kosovo, c'est Hong Kong!

Publié le par kosovo

City-of-Life--Hong-Kong--China.jpgUn proche du Groupe de contact a soufflé à l’oreille du quotidien serbe « Blic » que le modèle hongkongais est l’option a laquelle réfléchi le plus les milieux internationaux pour le règlement du statut du Kosovo. Cette option prend en compte les positions des deux parties et permet de surmonter leurs différences.

« Il faut trouver un compromis entre Belgrade et Pristina car le statut quo est intenable. Cependant, le rapprochement des deux parties est impossible car on ne peut pas trouver de solution entre l’autonomie et l’indépendance. Ça n’existe pas. Tout ce qui nous reste c’est de surmonter les différences. La réponse à cela, c’est le modèle hongkongais. Ce modèle définirait un statut provisoire qui avec le temps apaiserait les tensions, ce serait salutaire pour les deux parties. Néanmoins, nous n’allons pas imposer cette solution à Belgrade et Pristina, un tel document n’existe pas, seulement le modèle hongkongais est une option. » Affirme l’interlocuteur de Blic.

Selon la politique dite « Un pays, deux systèmes », Hong Kong conserve son système légal, sa monnaie, son système politique, sa police, ses équipes sportives internationales et ses lois sur l'immigration tout en jouissant de sa souveraineté, doté d’un chef de l’exécutif à la tête du gouvernement, d’un parlement, d’un système légal et judiciaire distinct de celui de la Chine continentale en vertu de la loi fondamentale de Hong Kong et de la déclaration commune sino-britannique

En 1997, les britanniques ont rétrocédé Hong Kong à la Chine qui fut une colonie britannique pendant plus d’un siècle. L’île est gouvernée comme une région administrative spéciale sous la Basic law of Hong Kong. La Chine a promis que Hong Kong garderait une relative autonomie jusqu'à au moins 2047, soit 50 ans après le transfert de la souveraineté.

Ce modèle grossièrement transposé au statut du Kosovo permettrait que les frontières de la Serbie restent formellement inchangées, toutefois le Kosovo pourrait conclure des accords économiques et aurait accès aux institutions internationales mis à part l'Organisation des Nations Unies.

Le Kosovo jouirait d’une pleine souveraineté sur son territoire, ce serait un Etat dans l’Etat avec tous les attributs d’un Etat excepté la politique étrangère et l’armée. Le gouvernement du Kosovo serait indépendant de Belgrade. Ce qui est déjà le cas. Le gouvernement est sous le contrôle du Secrétaire générale des Nations Unies. La présence de l’Otan serait maintenue et celle de l’Union européenne renforcée, le règlement comporterait des éléments qui renforceraient la protection des Serbes et de leurs biens culturels ainsi que les autres minorités. La frontière serait « la frontière du Kosovo conformément à la Serbie ».

La raison fondamentale pour laquelle la Serbie refuse l’indépendance du Kosovo, c’est parce qu’elle veut préserver sa souveraineté et, par conséquent, ses frontières ; deux points contenus dans la résolution 1244 des Nations unies signées le 10 juin 1999.


Snejana Jovanovic

Commenter cet article

Gael 29/09/2007 14:10

cela m'intéresse aussi! Et je suis ravi de pouvoir suivre ces négociations ici!

Gael.

PS: rien à voir, mais méfions nous de la pertinence des analyses françaises concernant la Belgique! Il y a moins de séparatistes qu'on le dit en Belgique!

snejana 29/09/2007 13:52

Que les choses soient claires, je ne suis pas contre l'indépendance du Kosovo ! Mon blogue existe pour suivre à la trace les négociations sur le statut. Ce sont les négociations en soi qui m'interessent.
Snej

D. Grcic 29/09/2007 12:47

La Belgique est un pays surréaliste. Alors qu'il y est question de séparation ou de fin du pays... on apprend que c'est à Bruxelles que les pourparlers entre Serbes et Kosovars se poursuivront le 14 novembre 2007.

kosovo 01/10/2007 19:32

C'est l'ironie du sort, mais je crois que le message du lieu de cette réunion, c'est plutôt lié à l'UE.

Gael 29/09/2007 12:21

Pourquoi plus violent? En quoi la constitution d'un nouvel Etat augmenterait la violence! C'est le genre de scénario catastrophe qui n'a aucun fondement. On ne prévoit pas l'avenir! Peut-être que la non-reconnaissance de cette communauté peut embraser la région également?

Enfin, je me permets de répondre à ton commentaire sur mon blog (réponse plus détaillée là-bas également), je suis certes partisan, mais cela ne m'empêche pas d'être juste et de prendre du recul!

Je ne confonds absolument pas Belgique et Kosovo. Les situations sont incomparables. Je dis juste que les peuples ont le droit de décider de leur avenir... comme le prévoit les textes internationaux, rien de plus, rien de moins!

amicalement.

Gael.

PS: en tout cas, ce blog est intéressant pour qui connait peu le Kosovo comme moi!

snejana 28/09/2007 14:27

oui, nous vivrons alors dans un monde différent, peut-être aussi beaucoup plus violent. Mais, je comprends votre position, c'est une hypothèse probable