Les Etats-Unis veulent l'indépendance.

Publié le par seriously (oui, je sais c'est pas drôle)

« Seule l'indépendance du Kosovo peut apporter la stabilité dans les Balkans, et l'Europe doit, à l'image des Etats-Unis, soutenir l'idée d'un Kosovo souverain, » a déclaré lundi la secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, à Reuters.

Sur le site du New York Times, on peut lire : » les Etats-Unis et l’Union européenne reconnaîtront le Kosovo si la province balkanique déclare l’indépendance de Serbie début décembre à la fin des négociations, selon des officiels américains et européens. »

Ces propos corroborent la déclaration du président albanais Bamir Topi à l'issue de sa rencontre avec le Premier ministre kosovar, Agim Ceku, le 13 septembre dernier : « Le Kosovo mérite de devenir un Etat indépendant. Loin de favoriser la stabilisation dans cette province, le maintien du statu quo entrave sérieusement la normalisation de la situation" selon l’agence russe RIA novosti.

Dans trois jours, ont lieu les premières négociations directes entre Belgrade et Pristina, à New York, en marge de la 62e session de l’Assemblée générale des Nations Unies ouverte le 18 septembre au Siège de l’Organisation.

Alors, stabilité ou instabilité ? D’après le président de la République Srpska, qui est une des deux entités qui forment la Bosnie-Herzégovine : « Si certains pays reconnaissent séparément l’indépendance du Kosovo, cela, pas tout de suite mais avec le temps, formera divers opinions, et l’une d’elles sera que chacun a le droit à l’indépendance. »

Alexis Troude écrit dans un article publié sur le site de Politique Internationale : » la séparation d'avec le Monténégro, effective en mai 2006, a été mal interprétée en Occident : avec cette sécession, on n'a pas assisté, comme on l'a souvent entendu, à la " fin de l'ère Milosevic ", mais bien au début d'un processus de désintégration au coeur même de la Serbie. La province du Kosovo est sur la voie de l'indépendance ; et, déjà, les régions du Sandjak et de la Serbie méridionale connaissent une forte poussée séparatiste. Où s'arrêtera cet émiettement régional qui risque de déstabiliser toute la région et, au-delà, de remettre en cause les règles élaborées à Helsinki (3) ? » (Professeur d’histoire-géographie, a travaillé à l’IEP de Paris sur le processus d’intégration nationale des musulmans de l’espace yougoslave et à l’Institut national des langues orientales sur la question nationale serbe)

« Cela pourrait avoir des conséquences au Haut Karabagh, voire même en Transnistrie, qui souhaite se détacher de la Moldavie. » Selon Vladimir Poutine, Président russe, qui associe la question du Kosovo au Caucase. Le règlement du Kosovo devient, alors, « un précédent » pour le règlement d’autres conflits. Il s’agit de « l’effet domino ».

Ignacio Ramonet du Monde diplomatique explique : » Une indépendance précipitée, comme la réclame le président Bush, non négociée dans le cadre de l’ONU, pourrait entraîner la constitution, à courte échéance, d’une « Grande Albanie », ce qui relancerait automatiquement les irrédentismes croate et serbe aux dépens de la Bosnie. Sans parler du précédent international explosif que cela constituerait pour de multiples entités tentées de proclamer, elles aussi, unilatéralement, leur indépendance. A savoir : la Palestine (Israël), le Sahara occidental (Maroc), la Transnistrie (Moldavie), le Kurdistan (Turquie), la Tchétchénie (Russie), l’Abkhazie (Georgie), le Haut-Karabakh (Azerbaïdjan), Taïwan (Chine), voire, en Europe même, le Pays basque et la Catalogne (Espagne, France), pour ne citer que ces cas. M. Bush est-il prêt à garantir ces indépendances comme il déclare vouloir le faire pour le Kosovo ? »

Snejana Jovanovic

Commenter cet article

Gael 28/09/2007 14:19

Je me répète mais je ne perçois pas la menace! je crois au contraire que garantir une auto-détermination et un peuple kosovar souverain (s'ils le désirent) permettra de réduire les conflits.

Les conflits naissent de la non-reconnaissance des peuples également. Mais ce genre de choses est très peu compris par les français! Ce professeur d'hist-géo de Sc. Po ferait bien de plancher un peu plus sur les minorités en Europe.