Le choix cornélien de l'Union Européenne

Publié le par Snejana Jovanovic


En accord avec les médiateurs russes et américains de la Troïka du Groupe de contact pour le Kosovo, le diplomate allemand représentant l’Union Européenne Wolgang Ischinger va rencontrer, demain, à Pristina les membres de « l’Unity Team » qui regroupe le président du Kosovo, quelques membres du gouvernement et de l’opposition kosovars.

Afin de relancer les négociations sur le statut du Kosovo, et « dans un esprit plus optimiste » selon un proche collaborateur de Wolgang Ischinger, les médiateurs ont planifié de rencontrer assez régulièrement, mais aussi en fonction de l’actualité, seul ou en groupe les différentes parties, au cours de réunion informelle. Cette méthode de négociations appelée « fact finding » consiste à engager un véritable dialogue basé sur l’écoute et l’observation. Le but est de récolter des impressions, des informations, des faits, d’explorer la situation sur le terrain en vue de trouver un compromis.

Les deux parties, Serbes et Albanais du Kosovo maintiennent pour l’instant fermement leur position. Les Serbes refusent toute atteinte à leur souveraineté en excluant radicalement, avec le soutien de la Russie, l’indépendance du Kosovo, seul dénouement envisageable pour la partie albanaise, qui sur les conseils du département d’Etat des Etats-Unis, se retient de faire une déclaration unilatérale d’indépendance. Enfin, certains parlent de partition de la province, ce qui exacerbe les passions de toutes parts.

C’est pourtant l’Union Européenne qui jouera un rôle clé dans l’avenir du Kosovo, puisque dès la définition du statut, dans le cadre de la politique européenne de sécurité et de défense (PESD), elle s’impliquera afin de conseiller, surveiller, et renforcer la police, la justice, et les services pénitentiaires en étroite coopération avec les futurs autorités kosovars. A cet effet, un Bureau Civil International est en cours d’élaboration. Son nouveau représentant, M Jonas Jonssen a été nommé trois jours après que M. Javier Solana, le haut représentant de l'Union européenne pour la politique étrangère, a désigné le diplomate allemand Wolgang Ischinger comme représentant de l’UE pour faciliter le processus de négociations entre Belgrade et Pristina.

Dans son dernier rapport sur le statut du Kosovo, l’ICG (International Crisis Group) exhorte l’Union Européenne à ne plus rester divisée sur la question et à reconnaître une indépendance supervisée du Kosovo dans le dessein de débloquer la situation dans les 120 jours à venir.

L’enjeu de ces négociations pour l’Union Européenne est soit de confronter sa politique étrangère à un nouvel échec, soit de s’affirmer comme un acteur incontournable sur la scène internationale.

Snejana Jovanovic

Commenter cet article